X-6 : Le vieil ami

Lassée de cette violence, Bébé Cody tendit à nouveau des bras pleins d’espoir en direction d’Opaline.

« Pla ! l’appela l’enfant. Pla ! »

Cette seule syllabe résonna à travers la chapelle. De son côté, Ézéchiel prenait à parti un groupe de frères rouges venus chercher vindicte pour leur compagnon malmené.

« Constance ?… souffla Opaline. Constance est le premier Ézéchiel ?

— Constance, approuva le Vénérable. Il est le premier voyageur de la Tour, la première incarnation d’Ézéchiel. »

La roublarde secoua la tête, un sourire en coin au bord des lèvres.

« C’est une blague ?

— Une blague est censée être drôle.

— Constance est le premier Ézéchiel ! s’emporta Opaline. Mais alors pourquoi il y a des Ézéchiel partout, s’il a passé ces dernières années enfermé à l’extérieur ? » Elle réalisa trop tard qu’ « enfermé à l’extérieur » n’était pas l’expression la plus heureuse qui fut.

Le Vénérable observa Ézéchiel. De son seul bras valide, le forgeron tenait en respect une poignée de frères rouges aux portes du bâtiment.

« Hé, les clampins, ça vous dirait pas de me filer un coup de main ? leur lança-t-il, hargneux.

— Après la chute de son apprenti, reprit le Vénérable à l’attention d’Opaline, la Sorcière voulut réitérer sa tentative. Elle remonta le cours du temps, à l’époque où Constance franchissait à peine les portes de sa Tour, et emprunta un embranchement temporel différent.

— Elle ne pouvait pas choisir un autre apprenti ? C’est pas les voyageurs qui manquent, à la Tour… »

Le Vénérable répondit tout d’abord avec un gloussement.

« Il n’y a que le premier voyageur qu’elle souhaitait voir à ses côtés. Voilà pourquoi, probablement, le nouveau Constance fut traité avec les mêmes égards que l’ancien, obtint les mêmes pouvoirs — à la nette différence qu’elle l’avertit de ce qui était arrivé à son prédécesseur. Elle l’emmena même visiter cet avenir alternatif, où tout deux s’entre-déchiraient jusqu’à la mort — ou peu s’en faut.

— Voilà qui a dû le calmer.

— Effectivement, sourit le Vénérable. Les Ézéchiel m’ont toujours décrit comme un homme de paix. D’où ce sobriquet qu’ils m’ont donné, j’imagine.

— Vous étiez donc le deuxième ?… »

Il acquiesça. Non loin, le forgeron fit mine de céder aux frères rouges, laissa l’un d’eux se glisser par la porte et lui décocha un formidable coup de tête en pleine poitrine. Le malheureux s’effondra dans les bras de ses semblables, un cri étouffé en travers de la gorge.

« Ha ! bien fait, face de fouine ! », triompha Ézéchiel, avant de recevoir un pied en plein nez.

« Mon nom, reprit le Vénérable, est Constance. Je n’ai pas connu le destin de mon prédécesseur ; année après année, la Sorcière m’a formé, reformé… Et conçu comme une personne plus humble, moins ambitieuse. Tout aussi efficace, mais à la loyauté sans faille.

— Alors pourquoi vous avoir banni dans les Limbes ? » questionna Opaline.

Le Vénérable haussa les épaules.

« C’est de ma faute. J’ai enfreint les règles.

— Ah, dit Opaline.

— La vérité est qu’au fil des voyages à travers le temps et les Étages, j’ai fini par acquérir une meilleure connaissance de la Tour que quiconque avant moi. J’ai visité la plupart de ses mondes durant toutes les étapes de leur existence. J’ai vu des continents se former, des formes de vie apparaître, des empires tomber. Nombre d’univers voient en moi leur démiurge, puisqu’ils m’ont connu depuis l’aube de leur existence ; il n’en est rien. Je ne suis qu’un vieux bonhomme incapable de mourir. Et je pense pouvoir supposer, sans vanité, être la personne de la Tour ayant le plus vécu.

« Aujourd’hui, immortel ou non, l’âge a entamé ma résistance comme un filet d’eau creuse le granit. Je suis faible et je suis fatigué. Mais je garde de nombreux souvenirs de ces voyages. De même que la compagnie de certaines de mes anciennes rencontres. »

Il jeta un imperceptible coup d’œil en direction de la fenêtre. Au même moment, les ruines du monastère frémirent sous le poids d’un cochon géant, qui posa son groin contre la chapelle avec la délicatesse d’un papillon.

« Grouk », entendit-on depuis l’autre côté du mur. On entendit également les hurlements des frères rouges, terrorisés à la vue du divin suidé.

Le visage du Vénérable se plissa d’un sourire.

« Moi aussi, mon vieil ami, murmura-t-il doucement.

— Vous comprenez ce qu’il dit ? » s’enquit Opaline.

Il lui accorda un coup d’œil curieux.

« Ce n’est pas bien difficile. Grouchon ne sait dire qu’une seule et unique chose. Et c’est à son contact que je suis réellement devenu moi-même… »

Il clopina à l’aide de son bâton et déplia ses doigts fripés sur le mur, comme s’il percevait ce qui se trouvait derrière. Opaline l’observa, partagée entre la perplexité et un certain trouble, lié à l’intuition de ce que ressentait le vieillard à l’égard du dieu.

L’expression du Vénérable s’assombrit tout à coup.

« Le monde de Grouchon et de ses enfants a été emporté par les ténèbres, des années de cela. Envahi par une horde de monstres qui voyageait d’Étage en Étage et ne laissait que des cendres sur son passage. Comme pour les autres, la Sorcière s’est préparée à expédier le monde des cochons aux Limbes ; mais je me suis interposé. Mauvaise idée.

— Ceux qui ont tendance à s’opposer à elle le paient toujours, on dirait », fit Opaline. Son regard songeur s’était déporté sur Bébé Cody. L’enfant cherchait son attention en tapant dans ses petites mains boudinées.

« Je ne l’ai pas fait pour moi, sourit le Vénérable. Je voulais sauver ce monde. Mais pour la Sorcière, un monde détruit n’a pas plus de gravité qu’un escargot écrasé. Alors, elle m’a banni moi aussi, pour avoir défié sa volonté. Depuis Constance, elle supporte moins bien qu’on remette ses ordres en question.

— Et Ézéchiel, dans tout ça ? Qui est-il vraiment ? »

Le vieillard leva un regard peiné vers le forgeron. Son cadet se tenait adossé à la porte en attendant de reprendre son souffle.

« Un autre Constance, remodelé à l’extrême. La Sorcière n’a jamais cherché à faire de lui son égal, et ne lui a jamais montré ce qui était advenu de notre première itération. À la place, elle l’a dépouillé de la plupart des souvenirs de son ancienne vie et dépossédé de ses traits de caractère. Elle l’a même renommé afin de le couper de toute attache avec le monde extérieur. Elle voulait, non plus un homme à élever, mais un bout d’argile à sculpter. Ézéchiel est pour elle un esclave plus qu’un allié. L’immortalité qu’elle lui a accordé ne sert qu’à prolonger sa servitude à travers les siècles.

— J’ai presque pitié de lui, admit Opaline comme à contrecœur.

— Gruik, approuva Roger.

— Je peux vous entendre causer, hein, cracha l’intéressé depuis l’autre bout de la chapelle. Bon, j’entends pas tout, mais je sais que vous commérez comme des mégères derrière mon dos. Vous croyez que c’est le bon moment pour ça ?

— T’es mosse », lui confia affectueusement une Cody blottie bien au chaud contre sa barbe.

X-5 : Ézéchiel
X-7 : Madame Microbe

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.