X-1 : Le gâchis

« Qu’est-ce que j’attends ? s’étrangla Ézéchiel. Qu’est-ce que j’attends ? Non, mais, dis-donc, bonhomme ! c’est pas toi qui va m’apprendre à faire mon boulot.

— Quel boulot ? persifla Thynaël. Ta fonction est servir la Sorcière et protéger la Tour. Regarde autour de toi, forgeron. As-tu le sentiment du travail bien fait ? »

Ézéchiel lâcha un nuage de fumée furibond et cala sa pipe entre ses dents. Ses méninges tournaient à plein régime pour contrer les reproches de l’Architaire, et même s’il ne manquait pas de répliques piquantes à lui renvoyer à la face, il devait se rendre à l’évidence : il avait merdé, et dans les grandes longueurs.

À ses pieds reposait le Vénérable, emmitouflé dans une couverture. Ézéchiel l’avait extirpé de décombres quelques heures auparavant. Inconscient et écorché de partout, le vieillard ne paraissait pas pour autant blessé. Malgré tout, seule une faible respiration prouvait que son âme n’avait pas été séparée de son corps. Fine comme le dernier fil de soie qui le rattachait à la vie.

Thynaël rompit la discussion avec un soupir, trop fatigué pour poursuivre cette querelle. Son teint blafard, ses yeux rougis et ses cernes à l’alarmante couleur en disaient trop peu sur son état d’absolue désolation.

Dix heures d’affilée à remuer les décombres du monastère, secourir qui pouvait l’être, sauver ce qui avait réchappé au carnage. Découvrir les cadavres de ses défunts amis les uns après les autres. Ressasser et regretter ce qui avait été, ce qui aurait pu être. Car la chapelle exceptée, tout n’était que pierre brisée, ruines calcinées, mobilier abîmé et corps inanimés.

Les frères rouges survivants œuvraient comme des forcenés depuis la fin du chaos. Depuis que Cody et la Sorcière avaient démoli leur fragile lieu de vie d’un revers collatéral, comme un chasseur touche fortuitement un papillon en tirant sur un ours.

Ils fouillaient les décombres, déblayaient les passages, enterraient leurs morts et récupéraient le peu de matériel encore utilisable. Dans un coin de l’ancienne cour, une portion du terrain avait réchappé au massacre, à l’abri près du rempart. Aussi, un petit campement n’avait-il pas tardé à émerger.

Sous un ensemble de vieux draps tendus en guise de tente, on trouvait des tables rudimentaires, des brancards de fortune, des lits de paille, des marmites en ébullition et quelques tabourets improvisés. Nombre de frères rouges s’y tenaient, un bol de soupe fade à la main, le regard hagard et la la tête basse. L’un d’eux jouait un air lugubre sur une mandoline à la corde cassée. Quelques-uns disputaient une morne partie de dés sur une table bancale. Et tous n’avaient en tête qu’une même question.

« Pourquoi ? » Pourquoi folie et destruction avaient-elles posé leurs valises ici ? Comment avaient-ils attiré sur eux les deux seules choses qu’ils réprouvaient de façon catégorique ? L’Univers était-il donc trop épris du chaos qui l’avait créé pour refuser son absence, y compris dans les recoins les plus reculés de la Tour de la Sorcière ?

Catatonie ; prise de conscience ; tristesse ; incompréhension ; déni ; frustration ; sentiment d’injustice ; colère. Autant de maillons d’une seule et même réaction en chaîne.

Et ces réactions s’étaient tout d’abord dirigées vers Ézéchiel, lui qui servait de serviteur personnel de la Sorcière depuis aussi longtemps que remonte la mémoire. Si l’enfant Cody s’était montrée taciturne et grincheuse depuis que les frères rouges l’avaient recueillie, elle n’avait en revanche causé aucun dommage ni attaqué qui que ce fût. Qu’avait donc pu lui dire le forgeron pour que, tout à coup, l’idée lui prenne de s’en prendre à l’entité la plus puissante de toute la Tour ? Que n’était-il intervenu plus tôt afin d’éviter cette catastrophe !

Et surtout : pourquoi ne pas voyager dans le passé et l’empêcher ?

« Ça marche pas comme ça, avait-il grommelé. Ce qui s’est produit ici s’est produit ici, et y a pas de retour arrière. »

Une explication peu convaincante aux yeux de Thynaël :

« Quel intérêt de voyager dans le temps si changer le passé ne sert à rien ?

— Parce que contrairement à nous, bougre d’agneau, la Sorcière peut voir à travers toutes les dimensions, avait maugréé le forgeron. Maintenant, arrête de me chauffer avant que je ne me fâche pour de bon. »

Une discussion sans issue. L’incrédulité, la douleur et l’épuisement voilait le jugement de chacun des deux hommes. Et Thynaël fulminait ; lui qui avait consacré sa vie à l’édification du monastère, clos aux folies de la Tour mais ouvert au monde, imperméable bulle de paix dans l’œil du cyclone.

Le projet de sa vie – non, pas seulement de sa vie, mais aussi de celles de tous les hommes qui lui avaient prêté leur confiance –, parti en fumée en l’espace de quelques instants.

… était-ce là, leur récompense ?

« Tu rumines trop, bonhomme, lui lança Ézéchiel. C’est pas dans tes habitudes.

— Pas plus que ceci, contra Thynaël avec un geste en direction des ruines.

— Arrête de chouiner et retourne aux fouilles. Tes hommes ont besoin de leur Architaire. Pas d’un sale gosse qui râle et qui tape du pied parce qu’il est pas content. »

Thynaël rumina les paroles du forgeron quelques instants avant de se détourner. Ézéchiel vit sa carrure carrée disparaître par-delà des ruines et ce fut tout.

Il coinça sa pipe entre ses dents et baissa le nez sur la petite chose qu’il tenait entre les bras. Au creux de son coude, Bébé Cody dormait à poings fermés. Le microbe s’était assoupi dans la minute où il l’avait ramassé, et n’avait pas bronché depuis.

La seule personne de toute la Tour qui ait jamais tenu tête à la Sorcière – pour ne pas employer d’expression plus imagée –, réduite à un marmot de quelques livres tout bon à salir ses couches et bousiller les tympans d’autrui. Quel gâchis.

Avec une pointe de culpabilité, Ézéchiel se dit qu’il valait tout de même mieux, en fin de compte, que la Sorcière se soit tirée de cet affrontement. Avec tout l’attachement qu’il avait envers Cody, l’idée de voir la Tour réduite à un vaste ensemble de dimensions carbonisées ne l’amusait guère.

Son regard passa du Vénérable au bébé.

« Bons dieux, grommela-t-il dans sa barbe. Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire de ces deux-là ?

— Gruik », répondit Roger, fidèlement perché sur son épaule.

Quoiqu’elle ait voulu dire, sa réplique décrocha un profond soupir au forgeron.

« T’as raison, lardon, souffla-t-il dans un nuage de fumée. T’as foutrement raison. »

IX-11 : L'intervalle
X-2 : Les pignoufs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.