Prologue : Une autre histoire ?

Salut à vous, voyageuse, voyageur. Les ténèbres vous poursuivent, le froid vous tenaille et la lassitude vous hante. Je le vois à vos épaules affaissées. Qu’à cela ne tienne ; joignez-vous à nous ! Ici, le feu est chaleureux ; la bière, bonne ; la nourriture, délicieuse. Prenez place à cette table sans crainte et je vous garantis qu’alors, vous n’aurez d’autre souci que de flotter sur l’ivresse à défaut d’y sombrer quand, tous ensemble, nous nous enfoncerons au cœur de la nuit, des jeux et des histoires.

Oh, des histoires, nous en avons beaucoup à raconter par ici. Cette auberge regorge de voyageurs, de marchands, de colporteurs, de filous, de voleurs, d’évadés, de déserteurs, de vagabonds. La plupart n’ont ni passé, ni visage. Leur avenir se joue au caprice d’une pièce posée sur le comptoir. Une seule chose les réunit : tous ont une histoire qui mérite d’être racontée.

À mon bon souvenir revient cette gamine malicieuse, à la force égalée uniquement par le génie – et probablement la gourmandise. Au poste de son ombre se tenait le molosse le plus loquace que le royaume ait connu. Mais ceci n’est, peut-être, qu’une autre histoire.

Pour l’heure, profitez de la douce odeur du feu de bois fuyant la cheminée, de l’apaisante ballade qu’entonne le barde, du fumet de la viande grillée au miel, des liqueurs aux mille saveurs sous lesquelles la table croule, des rires, des chansons, et de la chaleur de tous ces braves gens.

Une histoire, vouliez-vous ? Une histoire vous aurez.

Rien de plus simple. Elles dorment en ces murs, naissent des bouches, se cachent dans les oreilles et se nourrissent des rumeurs. Elles vivent en moi comme elles me donnent vie. C’est aux histoires que je dois la parole.

L’une de mes préférées s’annonce d’ailleurs. Levez les yeux, regardez par la fenêtre – au-delà du carreau embué, vous pouvez voir trois silhouettes avancer dans la neige et l’obscurité. Le vent est cruel, autant pour eux que pour le cheval qui les accompagne. Tous ploient la nuque face à lui, mais ne faiblissent pas, quand bien même leurs réserves de courage se tarissent. Car leur voyage est à présent terminé.

Et notre histoire, elle, commence.

Opaline & la Tour de la Sorcière
I-1 : Lares, Ed et Armelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.