IX-9 : L’éclat

Capuche s’élançait, se contorsionnait et cabriolait pour échapper aux murs, aux vagues, aux entraves et à toutes les manifestations qu’Ode envoyait contre elle. Par deux fois, elle manqua de se faire attraper par un subterfuge gravitationnel, mais elle y avait réchappé d’une pirouette. Elle avait ainsi pu observer que la Bâtisseuse ne pouvait manier la gravité que sur une aire réduite et tâchait d’en tirer parti.

Quant à Dust, il s’était reporté sur des armes plus conventionnelles que son rayon laser depuis que celui-ci avait surchauffé. Mais Ode ne manquait pas de stopper ses balles à l’aide de la gravité ou d’un mur massif. Moins agile que Capuche, il devait redoubler de prudence face aux assauts de la Bâtisseuse, et sa téléportation n’était pas de trop.

Un bloc de pierre parvint toutefois à l’atteindre en plein ventre. Son arme lui échappa et il roula au sol. Une énorme dalle était sur le point de l’aplatir quand il se téléporta près de Capuche.

« Ça va pas le faire. Faut qu’on s’organise.

— ! approuva-t-elle.

— J’ai un plan. Prends ça avec toi et trouve la première occasion de t’en servir. Je fais diversion. À trois, on y va. Trois ! »

Sur quoi il se matérialisa devant Ode et lui adressa un signe de la main.

« Je ne sais pas qui tu es, lui lança la Bâtisseuse, mais tu fais fausse route. La Tour de la Sorcière doit être détruite. C’est ainsi que ça doit se passer et pas autrement. »

Aux mots « Tour de la Sorcière« , le strabisme de Dust s’accentua. Ce mythe de la Tour n’était encore pour lui qu’une histoire farfelue, quand bien même trop de personnes semblaient y croire…

« C’est pas bien, de se droguer, madame. Je dis ça pour vous. »

Ode dut perdre patience puisqu’une nuée de lianes blanches l’enserrèrent et l’emportèrent dans les airs. Il dégaina alors un uzi et ouvrit le feu.

La salle s’emplit du vacarme de la détonation, mais Dust vit distinctement les balles ricocher sur Ode sans plus l’incommoder. Les entraves le plaquèrent au sol ; face collée au carrelage, Dust leva les yeux vers Vidocq, assis juste devant lui.

« C’est pas vrai ! souffla-t-il. Celle-là aussi ? D’où elles sortent, toutes ces gonzesses indestructibles ?

— À défaut de talent, montrez un peu de bon cœur, maître. Vous faire malmener de temps à autre vous fait le plus grand bien. »

Dust ne partageait pas cet avis, mais il n’eut guère l’occasion d’en faire part : de nouveaux liens se resserraient déjà autour de sa gorge. Il se téléporta hors de portée, et avec lui les serviteurs d’Ode. À la surprise de cette dernière, d’ailleurs.

Capuche en profita pour se faufiler derrière elle et lui coller un coup de poing dans les reins. Son adversaire tituba et prépara un sortilège ; Roger se matérialisa alors sur son bras et lui flanqua un nouveau sabot dans l’œil. Le temps pour Capuche de pivoter sur elle-même et lui balayer les jambes.

Non loin d’eux, Dust s’était dépêtré de ses lianes et se dressait sur un bureau. Ode ne put qu’entendre le son caractéristique de la téléportation au-dessus d’elle. Avec un cri, elle fut engloutie sous une avalanche de chêne massif et de classeurs chargés. Le tout s’immobilisa en un tas informe, sur lequel Roger vint se dandiner avec un air de fanfaron.

Dust se rétablit avec le peu de dignité dont il était encore capable et tendit la main vers Capuche.

« Tope-là. »

Capuche sourit et topa-là.

Mais les réjouissances ne durèrent pas. Le sol vibra. Roger s’enfuit. Le tas de bois et de feuilles s’éleva lentement et une Ode dépourvue de la moindre égratignure s’en extirpa.

« Oh… s’étonna Dust. J’espérais qu’elle le sentirait passer, celui-là.

— Je commence à en avoir assez, de vous deux, dit Ode d’un ton où se mêlaient lassitude et fureur.

— Gruik !

— De vous trois, pardon. Tout ceci vous dépasse. Que gagnez-vous à m’agacer ainsi ?

— La réponse est dans la question, répliqua Dust.

— Maître Dust, vous voilà d’humeur philosophe ?

— Certes, mon vieux. Mais y a-t-il une humeur philosophe, après tout ?

— Bonté du ciel, maître… »

Ode plissa les lèvres.

« Toi… Tu es un des derniers survivants de ton monde, c’est bien ça ? Sais-tu seulement ce qui arrivera, quand la Sorcière aura décidé de le détruire ? »

Dust se gratta le nez et consulta sa montre.

« Il sera toujours en meilleur état que votre jolie robe dans neuf.

— … neuf ?

— Huit, sept… Ah, vous connaissez pas le truc ? Généralement, à la fin d’un compte à rebours, c’est le Nouvel An. Ou quelque chose explose, tout dépend. »

Et Ode explosa.

Ou tout du moins la grenade que Capuche avait glissé à sa ceinture. Le résultat fut le même : à la détonation, Dust téléporta la jeune femme à l’abri d’une lourde étagère, là où il avait déjà transporté Ézéchiel, Samson et Vidocq. Roger se tenait à moitié enfoncé dans un porte-document en bois (seules sa queue et ses pattes arrière dépassaient encore).

Dust et Capuche émergèrent de leur abri. Un cratère noircissait le centre de la salle ; depuis ses bords rougeoyants, des fêlures zigzaguaient sur les dalles blanches et diffusaient une fine fumée grise. De larges auréoles pareilles à des projections de suie et des éclats de métal salissaient les murs.

« Ça, ça a au moins dû la picoter un peu », s’écria Dust. Capuche le tira par le coude et lui évita de recevoir un gros bout de plafond sur le crâne.

Vidocq s’extirpa de sous le corps lourdaud d’Ézéchiel.

« Maître Dust, je ne pensais pas qu’il serait nécessaire un jour de vous prévenir des dangers de faire exploser une grenade en intérieur.

— C’est sa faute, la grenade, se défendit Dust en désignant Capuche. Moi, j’ai rien fait. »

La jeune femme lui adressa une grimace, suivie d’un coup de poing dans son bras mécanique.

Troublé par sa ressemblance avec Cody, Roger s’approcha timidement d’elle. Capuche se pencha, curieuse. Dès lors, le porcelet oublia toute réserve et grimpa sur son épaule.

Ils balayèrent la salle du regard. La grenade avait pulvérisé Ode.

« Maître Dust, il est étonnant qu’il ne reste aucune trace du corps, fit remarquer Vidocq tandis qu’il vérifiait les signes vitaux de Samson et d’Ézéchiel.

— Eh bé, c’est pas plus mal ! Ça vaut mieux que de retrouver des boyaux partout. C’est gluant, ça pue et c’est pénible à nettoyer.

— Ou des conséquences de votre subtilité légendaire, maître. Vous devriez songer à résoudre vos problèmes autrement qu’en faisant exploser les gens.

— Quelles gens ? Je ne fais exploser que les monstres et les méchants.

— Je préfère effacer de ma mémoire ce que je viens d’entendre, maître. Leurs pouls sont réguliers… Quoique Samson ait besoin de soins d’urgence. Quant à votre ami Dieu, eh bien ! laissons ses miracles opérer. »

Cette nouvelle parut réjouir Capuche, dont le visage s’illumina. Elle posa un regard satisfait sur Samson et Ézéchiel, avant de remarquer un éclat au sol.

« ? »

Elle haussa les sourcils. Son sourire fondit.

« !

— Maître Dust ! Attention ! »

Vidocq percuta son maître pour le repousser et encaissa le projectile de plein fouet. Anéanti, le robot zoomorphe disparut dans une pluie de composants électroniques et de pièces mécaniques.

Capuche n’eut pas cette chance. La pierre tranchante lui ouvrit la gorge avant qu’elle n’ait pu réagir. Elle resta debout, fébrile, et croisa le regard horrifié de Dust.

« … », laissa-t-elle échapper, avant de s’effondrer.

IX-8 : Va-t’en
IX-10 : Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.