Sentence #8

En contrebas, Pigboy prend appui sur la rambarde et se jette au-dessus de la rue. Il se rattrape au bord de la fenêtre un étage en dessous, brise la vitre avec la poignée de son hachoir et se hisse à travers.

Sentence le suit à l’intérieur, le long d’un corridor assombri. Le tueur la distance toutefois, et elle déphase pour reprendre sa course.

« Je le vois, lance-t-elle à travers son oreillette. Premier étage, direction ouest. »

Une série de portes se tiennent au bout du couloir. Lancé comme un bulldozer, Pigboy enfonce la première sans ralentir sa course. Sentence saute par-dessus les débris, bredouille une excuse à un vieux monsieur médusé et pourchasse l’assassin par la fenêtre.

L’ouverture débouche sur une terrasse où une famille terrorisée s’éparpille comme un groupe de pigeons. Sentence lève la tête ; l’épaisse silhouette de Pigboy escalade l’immeuble suivant avec une aisance surprenante pour sa corpulence. Elle jette un oeil en contrebas ; Puzzle-Man lui fait coucou depuis la rue. Twine et Morgenstern courent à ses côtés.

« C’est pas un cochon, c’est un ouistiti, ce type », grommelle Morgenstern.

Sentence fonce à travers le bloc de ciment sous sa forme spectrale. Sa sensibilité aux vibrations lui permet de traquer Pigboy sans mal ; elle le sent se déporter sur l’autre façade de l’immeuble. Elle le suit comme un missile à tête chercheuse et, alors qu’il saute dans le vide, jaillit du béton et l’attrape en plein vol.

Attraper reste un bien grand mot ; tout juste parvient-elle à enrouler ses bras autour de sa taille alors qu’il s’apprête à se réceptionner sur le balcon de l’immeuble d’en face.

C’est assez pour saboter son saut. Pigboy rate le balcon d’un bon mètre. Il lance alors son crochet et parvient à atteindre la gouttière. Celle-ci cède sous leurs poids combinés et leur vitesse.

Sentence lâche Pigboy, phase et le laisse chuter vers la rue. Plusieurs mètres en dessous, il percute une benne à ordure dans un grand bruit de tôles et roule dans le caniveau. Il ne se relève de sa chute qu’avec des gestes lents. Il ne prend même pas la peine de ramasser son crochet le tire derrière-lui d’une démarche clopinante, tenant son épaule d’une main.

Trop tard pour lui. Twine et Morgenstern enfilent déjà la rue dans sa direction. Un demi-tour pénible le met face à Sam et Gary.

« N’allez pas plus loin, lance le jeune homme d’une voix incertaine. Sinon… sinon on vous arrête !

— Nique sa mure. »

Sentence atterrit et reprend forme humaine. Bien que la posture de Pigboy se soit effritée, l’intensité de sa haine paraît consumer l’air autour de lui.

« Hors de mon chemin, Sam. Je ne suis pas ton ennemi.

— Vous… connaissez mon nom ?

— Il connait nos noms à tous, lance Twine. Il nous espionne depuis des mois.

— Pourquoi est-ce que t’as fait ça ? braille Morgenstern. Pourquoi tu les as tués ? »

Pigboy semble lutter pour conserver sa posture, mais la douleur le fait frémir.

« Les Parangons pourrissent le monde. Quelqu’un doit vous arrêter.

— C’est toi, la pourriture ! Je vais t’arracher la tête, ma parole… »

Le géant en armure s’élance. Un tas de membres humains désarticulés enveloppent ses pieds et le clouent sur place.

« Tu as aussi tué des Anges Déchus et Blitzkrieg, rappelle Sentence. Pourquoi t’en prendre aux antas ? »

La face porcine se tourne vers elle. Une simple exposition à ce regard brûlant, et Sentence sent déjà sa volonté s’effriter. La bouche humaine prend une inspiration, mais avant qu’il ne réponde, Twine lui écrase une masse d’os sur la nuque. Pigboy s’effondre tête première.

Sentence se rapproche. Dur de croire qu’elle peut l’observer d’aussi près. Elle s’attend presque à ce qu’il se relève et lui saute à la gorge.

Twine est déjà en train de lui entraver les mains et les chevilles, puis le fouille. Le hachoir et le croc mis à part, il trouve une bombe identique à celle utilisée contre Puzzle-Man. D’autres appareils semblables. Un jeu de crochetage. Un carnet de notes empli de gribouillis. Un permis de conduire au nom de David Lloyd, l’identité de Blitzkrieg.

« Qu’est-ce qu’il voulait faire avec ça ? interroge Sentence.

— Le falsifier, le vendre… suppose Twine. Ou le conserver en trophée. »

Relâché par Puzzle-Man, Morgenstern soulève son casque et crache sur le tueur.

« Enlève son masque, qu’on voit sa gueule de rat.

— De porc plutôt, non ? » suggère Sam.

Sentence pose ses doigts sur le visage de Pigboy et tâte le bord du masque.

« C’est piégé, évidemment. On ne peut pas le retirer sans se prendre une décharge.

— On s’occupera de ça au QG », décide Twine.

Elle repère du mouvement en direction des hauteurs. Plusieurs riverains les filment depuis leur balcon.

« On est un peu exposés ici… murmure-t-elle.

— J’ai prévenu Qwartz, elle nous envoie un fourgon. Il sera là d’une minute à l’autre.

— Et le corps de Blitzkrieg ? »

Twine hausse les épaules.

« On a mis la main sur Pigboy. La police peut s’occuper du reste. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.