Le maître eut à peine le temps de finir sa phrase qu’une sonnerie de téléphone retentit. Incommodé par le tintamarre, le vieux se boucha les oreilles avec une grimace. Personne l’imita, sans trop savoir pourquoi.

« Hé hé ! s’exclama le maître. Les affaires reprennent !

— Maître, qu’est-ce que c’est que ce bruit-là ? s’enquit Vidocq.

— Ça, mon vieux, c’est le son du pognon qui accourt.

— Sans vouloir tout remettre en question, maître, n’auriez-vous pas pu choisir une alerte plus élégante qu’une sonnerie de téléphone d’avant-guerre ?

— Voui. Mais ça aurait été moins chouette. Viens avec moi, toi ! ajouta-t-il en attrapant Personne par la main. Je t’expliquerai en route. »

Il s’élança sur ces mots en direction de la sortie. Personne se laissa tirer par le bras sans mot dire, tandis que Vidocq leur emboîtait le pas avec une lenteur ostensible.

« Hé ! Et moi ? s’écria le vieux.

— Toi, pépé, je t’ai assez vu. Va te faire un sandwich et fous-moi la paix ! »

Suivi par la sonnerie de téléphone, le maître s’engouffra dans un couloir exigu jonché d’outils et de pièces d’équipement. Il trébucha maladroitement sur un drone. Celui-ci émit un couinement scandalisé.

« Où va-t-on ? s’enquit Personne.

— À la dustmobile, répondit le maître. Saute là-dedans. »

L’instant d’après, il plongeait tête première dans une bouche de métal rouillée, probablement un ancien conduit à ordures. Personne consulta Vidocq du regard.

« Faites ce qu’il dit, lui intima le serviteur zoomorphe. Mais préparez-vous tout de même au pire.

— Au pire par rapport à quoi ? Je viens de naître.

— C’est juste. Eh bien, l’avantage, c’est que vous ne serez déçu de rien. »

Vidocq dépassa Personne, posa les pattes avant sur le rebord de métal et y bascula à son tour. Personne observa le derrière mécanique disparaître par l’ouverture, puis s’en approcha. Le conduit aurait pu être rempli de purée qu’il n’aurait pas mieux vu à travers. Il s’y hissa et se laissa glisser comme dans un toboggan. Les ténèbres l’enveloppèrent et il se prit bientôt à glisser à bonne allure sur une surface lisse. La peur du noir l’envahit alors et il tendit les mains à la recherche d’une prise. D’ici même, il entendait toujours la sonnerie stridente, du moins jusqu’à ce que celle-ci mourut et que la voix du maître lui parvint en écho :

« Allô ! Vous avez appelé MASS DUSTRUCTION, et MASS DUSTRUCTION vous répond. Qu’est-ce que je peux faire pour vous ?… Voui, je vous entends parfaitement, mon bon monsieurVoui, c’est bien moi… Voui, je vois… Voui, c’est dans mes cordes… Voui, j’accepte les paiements en organes… Voui, d’origine humaine si possible… Vouivouivoui. Marché conclu. »

Ce fut soudain la fin du conduit, et Personne acheva une chute libre sur un siège bien rembourré.

Il risqua un regard autour de lui ; l’habitacle d’un véhicule l’entourait désormais. Il y faisait moins sombre, mais on n’y distinguait pas grand-chose pour autant. Une curieuse vibration s’élevait à travers le plancher.

Assis à sa gauche, le maître raccrocha un combiné de téléphone sur le tableau de bord et empoigna le volant des deux mains.

« On est parés, les gars. Attachez vos ceintures, si vous avez pas envie de décéder au cours du trajet. »

Assis sur la banquette arrière, Vidocq glissa son museau à l’avant et murmura à Personne :

« Il est tout à fait sérieux. Vous devriez attacher votre ceinture. »

Personne s’exécuta.

« À quoi rime tout ceci ? lança-t-il au maître. Vous deviez me fournir des explications, et tout ce que j’ai obtenu pour le moment, c’est encore plus de questions.

— C’est vrai. Vidocq ! Des explications, s’il te plaît.

— Bien, maître. Avant toute chose, Personne, sachez que le maître mène une activité de mercenariat.

— De mercenariat ? s’étrangla l’intéressé. Mais je suis un bienfaiteur !

— Vous vous faites payer pour tuer des êtres, maître.

— C’est pas des êtres. C’est des contrats.

— Votre sémantique vous appartient. Le maître, disais-je donc, conduit son entreprise depuis plusieurs années avec plus ou moins de succès. Ce n’est que récemment qu’il a décidé de présenter son activité comme une prestation de service. En ce moment même, nos drones déploient une campagne de publicité à grande échelle. MASS DUSTRUCTION est la dénomination publique de notre organisation.

— Un nom qui claque ! Ça m’a pris au moins deux minutes pour le trouver.

— Mais », fut la seule chose que Personne trouva à dire.

Le maître démarra alors le véhicule, et l’engin s’élança à travers l’obscurité avec un son plus proche du réacteur d’avion que de voiture. Personne se retrouva collé à son siège, incapable ne serait-ce que de mouvoir les bras.